Remarques : ces pages ont été saisies à partir de l'oeuvre de l'abbé coudriet, qui date de plus de 70 ans après le décès de l'auteur, et peuvent donc être diffusées sur le Net. Malgrés cette raison, cher lecteur, je vous remercie de ne pas faire de copies de ces pages. Le but de cette difusion étant uniquement pédagogique. Seulement 50% du travail de saisie ayant été réalisé à date, car cela représente beaucoup de temps . Je vous en souhaite une bonne lecture. la version complète ici

PAR

 M. L'ABBÉ COUDRIET

Curé DE LODS,

 

ET M. L'ABBÉ CHATELET
Curé DE BETAUCOURT, 

 

MEMBRES DE PLUSIEURS SOCIÉTÉS SAVANTES.

Ouvrage couronné par l'académie de BESANÇON, dans sa séance du l5 août 1862.

Scrutar patrum mémorias, gentis cunabula, res

gestas et annalium monumenta ; turpe est enim in

patrià suà peregrinum agere.

(CASSIODORE, Variar. Oral., VII.)

 

 BESANÇON,

 

IMPRlMERIE ET LITHOGRAPHIE DE J, JACQUIN,

Grande-Rue, 14, à la Vieille-Intendance.

1864,

vag_horiz.gif (1012 octets)

 

 

cliquez pour voir la carte des principales voies romaines

PRÉFACE.

Jonvelle est situé A l'extrémité du département de la Haute-Saône, dans le canton de Jussey, et sur les limites de la Haute-Marne et des Vosges. Là, venaient se toucher autrefois la Grande Séquanaise, la Première Belgique et la Première Lyonnaise, et plus tard la Franche-Comté, la Lorraine, le Barrois et la Champagne. C'est ainsi, dit Pratbernon, que les petits Etats, différents des grands Etats, changent plus souvent de maîtres et de noms que de limites (1).Chef-lieu d'une baronnie des plus célèbres au moyen âge, Jonvelle se rattache étroitement à l'histoire du comté de Bourgogne, dont il subit toutes les vicissitudes, sous les différents maîtres qui gouvernèrent cette province.

Ce noble fief, un des plus riches du comté, fut tenu, jusque vers la fin du quatorzième siècle, par une maison de seigneurs indigènes et résidants, qui mêla son sang à celui des plus illustres familles de Bourgogne, de Lorraine et de Champagne.

(l) Mémoire manuscrit sur les antiquités des cantons de Jussey, Vitrey et Combeaufontaine.

Les sires de Jonvelle comptèrent dans leurs alliances les maisons de Saissefontaine, de Neufchâteau, de Dampierre (sur Salon), de Novillars, de Chauvirey, de Chesnel, de Baon, de la Fauche, de Vienne, de Granson, de Charny, de Vergy, de Bauffremont, d'Apremont (Lorraine), de Granvelle, d'Oiselay, etc. En 1378, quatre ans après la mort du dernier sire de Jonvelle, cette terre passe aux mains des la Trémouille, sous la suzeraineté des ducs de Bourgogne, et bientôt de la couronne de France. Vers la fin du siècle suivant, elle est englobée dans le domaine direct de nos souverains ; les duchesses et comtesses de Bourgogne, Isabelle de Portugal et Marguerite d'Angleterre, ne dédaignent pas d'ajouter à leurs titres pompeux celui de dame de Jonvelle. Au seizième siècle, la seigneurie de Jonvelle, partageant les destinées du comté, retombe aux mains des rois d'Espagne, qui d'abord l'inféodent à quelques vassaux, comme les Ghénarraz et les d'Andelot, puis l'administrent directement, jusqu'au jour où notre province devient définitivement une conquête française. Cet aperçu rapide peut donner une idée de l'importance de Jonvelle dans les siècles passés. Cette ville renfermait un château princier, avec le magnifique entourage de la noblesse, de la puissance et de la justice souveraine, gens d'armes, châtelains ou capitaines, baillis, prévôts, sergents, procureurs, notaires, fourches à quatre piliers, foires et marchés. Elle avait deux églises paroissiales, une chapelle seigneuriale, une familiarité, un prieuré et une maison de carmes, le tout richement doté. Sa communauté de bourgeois, affranchie du servage en 'l854, était gouvernée par un maire,deux échevins et un conseil de prud'hommes élus par elle-même. La place était défendue contre la violence du dehors par le lit profond de la Saône et par une ceinture de bonnes murailles. Une citadelle et des forts détachés protégeaient la partie septentrionale, qui n'était point couverte par la rivière. Placée comme une sentinelle avancée sur les frontières de France et de Lorraine, cette forteresse commandait les grandes routes de Comté en Lorraine et en Champagne ; elle était la clef du pays sur ce point, et par conséquent des plus exposées aux attaques de l'ennemi, comme aux charges que rendait nécessaires la défense nationale. C'était un poste d'honneur et de danger : vingt fois dans chaque siècle elle vit les armées étrangères se présenter devant ses remparts et y trouver une barrière infranchissable. Mais, après avoir été longtemps la terreur des ennemis de la patrie, Jonvelle succomba en 1641, livré à une armée française par son lâche gouverneur. La ville fut brûlée, ses murs, ses forts et son château rasés de fond en comble. Aujourd'hui Jonvelle n'est plus qu'un village ordinaire, ou la curiosité, vivement intéressée par l'histoire, cherche en vain quelques débris de tant de force et de splendeur anéanties : Etiam periére ruinae. Autour du village moderne assis sur les ruines de la ville du moyen âge, il ne reste plus que les traces des fossés et des remparts. Par delà sont des collines et des plaines bien cultivées, où les souvenirs confus des habitants placent les camps et les stations des armées. Ainsi, à l'histoire de Jonvelle et de sa seigneurie se rattache celle de tous les environs de cette ville, en Lorraine et en Bassigny comme en Comté. Nous la diviserons en trois époques principales :

les temps gallo-romains,

Le moyen âge,

les siècles modernes.

La première époque fera connaître le nom et les premiers temps de Jonvelle, les antiquités du pays voisin, le tracé des voies romaines qui le sillonnaient, la double voie nautique de la Saône et du Coney, les castella ou points fortifiés qui servaient à protéger la contrée, enfin les monuments curieux de Corre et de Bourbonne. Mais dans cette excursion archéologique à travers la contrée que nous étudions, nous devons une attention toute spéciale à Corre, l'ancienne Colra, qui fut, avant Port- Abucin, la capitale du canton des Portusiens, selon Perreciot, et qui, en s’abîmant sous le flot terrible des premières invasions barbares, légua toute son illustration et son importance à Jonvelle. La seconde époque comprendra trois siècles ; c'est l'époque féodale. Cette période n'offre pour l'histoire de la province qu'un petit nombre de faits intéressants, perdus dans une série de chartes arides, qui se bornent le plus souvent à constater les fondations pieuses faites par les familles nobles, les transactions des seigneurs entre eux ou avec les maisons religieuses, les mouvances de fiefs, etc. Ces chartes, rédigées par des moines, sauvées ensuite,comme par miracle, de leurs monastères dévalisés par le vandalisme révolutionnaire, et laborieusement exhumées des archives départementales, sont A peu près les seuls témoins qui nous parlent de cette époque, et les seuls matériaux qui nous restent sous la main pour reconstruire les premiers âges de notre histoire féodale.A ce titre, ces documents sont encore précieux pour nous; car i]s nous font connaître les moeurs de nos aïeux, les noms et les rapports mutuels des principaux personnages qui ont bâti ces châteaux, dont les ruines attestent la force et la splendeur d'autrefois. Ces documents nous rappellent ceux qui ont possédé, en qualité de maîtres, de vassaux ou d'arrière-vassaux, le sol que nous cultivons aujourd'hui, ou qui l'ont défriché de leurs mains, en qualité de moines, serfs et manants. Au milieu de ces détails intéressants, on voit dominer, avec une certaine majesté, les nobles figures des sires de Jonvelle, à qui l'importance de leur fief accordait naturellement le rôle principal. L'affranchissement de Jonvelle, octroyé par Philippe, le dernier de sa race et. des seigneur indigènes, termine la seconde époque. Cette charte importante intéressera vivement les amateurs d'histoire nationale. La troisième époque commence à l'avènement des seigneurs étrangers au pays (1378). Bientôt, avec le quinzième siècle, l’intérêt grandit. L'histoire, mieux renseignée, nous montre le nom et les sires de Jonvelle mêlés à toutes les guerres, à toutes les négociations, à tous les traités, à tous les malheurs de notre province. A la fin du quinzième siècle, les terribles invasions de Charles d'Amboise et de Craon la Trémouille, lieutenant de Louis XI ; au seizième, les passages non moins funèbres de Wolfgang et de Tremblecourt ; au dix-sep-tième, la lutte héroïque de la Franche-Comté contre la France, contre les partisans, contre la peste et la famine, ennemis plus cruels encore ; les ravages des Suédois, de Gallass, notre allié, et. du comte de Grancey, en un mot, les désastres inouïs de la guerre e de dix ans : tels sont les graves événements dont la petite ville de Jonvelle a été le premier théâtre, et qui ont amené par degrés sa décadence et sa ruine. Encouragés par les suffrages de l'Académie de BESANÇON, nous offrons au public cet essai d'histoire, comme le fruit de longues et patientes recherches, faites à la Bibliothèque impériale, dans les archives de la province et des départements voisins. Plusieurs personnes, qui s’intéressent A l'histoire de notre pays, nous ont prêté leur concours avec autant de zèle que de bienveillance, soit en nous communiquant des documents précieux, soit en nous traçant les cartes et dessins nécessaires à notre ouvrage. Nous leur en témoignons ici notre vive reconnaissance, et nous nous sommes fait un devoir, dans le cours du récit, de citer leurs noms et d'indiquer les documents qu'ils nous ont procurés. Nous devons également remercier nos honorables souscripteurs, dont l'adhésion sympathique et généreuse nous a fourni les moyens de publier notre travail. Puisse-t-il répondre à. leur attente! C'est notre désir, et ce serait notre plus douce récompense. Parmi les nombreuses chartes inédites que nous avons étudiées, nous avons fait un choix des plus importantes, et nous les publions aux Pièces justificatives. Les autres seront suffisamment connues par les analyses et les extraits que nous en donnons dans le corps de l'ouvrage.

vag_horiz.gif (1012 octets)

 

HISTOIRE

DE LA SEIGNEURIE

DE JONVELLE ET DE SES ENVIRONS.

 PREMIERE ÉPOQUE.

TEMPS GALLO-ROMAINS.

 CHAPITRE Ier.

 

 

DÉNOMINATIONS, IMPORTANCE DES LIEUX PRINCIPAUX.

Jonvelle, Corre et Bourbonne.

§ 1er.

 

JONVELLE.

 

Le premier titre qui mentionne Jonvelle est de l'an 1124. Au delà de cette date, il est inutile d'invoquer les chartes, les légendes ou les chroniques : tout est, muet pour l'histoire ; tout a disparu dans les invasions des barbares qui, pendant plus de six cents ans, n'ont cessé de promener le fer et la flamme dans nos contrées. Quelques vestiges de constructions et de routes romaines, quelques débris épars de monuments funèbres, des étymologies plus ou moins hasardées, des médailles que l'on retrouve à Jonvelle et dans les alentours, voilà tout ce qui nous reste pour retracer l'histoire de ces temps reculés. Au moyen âge Jonvelle est appelé Jovis Villa, Juncivilla, Jonvilla, Joinville, enfin Jonvelle a partir du commencement du quatorzième siècle. Gollut en conclut que Jonvelle vient de Junonis villa, ville de Junon (1). M. Lonchamp adopte l'étymologie donnée par Bullet, gon, jon, roc, rivière (2) ; mais Perreciot y trouve le nom du premier maître de cette bourgade. "  Je ne crois pas, dit-il, qu'on puisse regarder cette petite ville comme moderne. Elle avait anciennement deux églises paroissiales, qui furent unies en 1608. Quand on considère qu'aux treizième, quatorzieme et quinzième siècles, il n'y avait dans la province, outre Jonvelle, que les villes de BESANÇON, Salins, Pontarlier, Baume et peu d'autres, qui eussent plusieurs paroisses, on est volontiers porté a croire que Jonvelle était anciennement une ville peuplée, et que diverses circonstances, qu'il serait facile d'exposer, ont amené sa décadence par degrés. Elle n'est pourtant pas de la haute antiquité ; elle parait s'être formée des débris de Corre. Cette ville voisine ayant été ruinée par les barbares, sous l'empire romain, la plupart de ses habitants se retirèrent à Jonvelle, Juncivilla, comme dans un lieu de meilleure défense, et donnèrent naissance à la ville, Juncus, à qui ce terrain appartenait, est un nom romain.

(1) Livre I, chap. xv. (2) Glanures, au mot jonvelle.

 

Telle est l'opinion de ce savant sur l'étymologie de Jonvelle ; nous préférons celle de Jovis villa, que nous trouvons dans la chronique de Bèze (1134) (1). A un kilomètre du village actuel est un lieu dit Jonvilotte ou jovilotte, déjà mentionné dans une charte de 1369 (2). Cet endroit, tourné au levant, est gracieusement incliné sur la rive droite de la Saône. Voisin des ruines du château de Bourbévelle, et dominé par celles d'un castellum, Jouvilotte était placé au centre des routes romaines de Corre à Chatillon, et de, jussey vers les Vosges. C'est là, sans doute, que fut établi le premier Jovis villa, emporté par le flot des barbares, en même temps que la cité de Colra. Plus tard les habitants de ces deux bourgades dévastées se sont fixés plus en amont, dans la double presqu'île formée par les sinuosités de )a Saône, ou la nature leur présentait un point des plus faciles à retrancher. Quoi qu'il en soit, ce lieu fut habité de bonne heure par les gallo-romains, puisque l'on y retrouve le ciment et les tuileaux de cette époque (3). D'ailleurs, il

(1) ACHERY, II, 458.

(2) Item, une faulcie de prey séant derrière Jouvilotte. (Archives de la Haute-Saône.)

(3) l.a terminaison do Jonvelle indique assez que les gallo-romains y avaient une colonie. Les terminaisons les plus ordinaires des noms de ville, de village et de hameau dans notre province, sont au nombre de trois : ey, court et velle. La première paraît être celtique et par conséquent la plus ancienne. Les chroniques et les chartes latines la traduisent communément par essum, esum, iacum>, eium, eius et eia : ainsi Aisey, Altessum ; Voisey, Vogesum ; Gevigney, Joviniacus ; Bon ey, Bugiacus ; Jussey, Jussiacus, Jusseium ; Oigney, Oigneum, etc. Dans le principe la dénomination en court désigne simplement une maison rustique, avec les terres de son exploitation ; et cette désinence s'ajoutait à l'ancien nom du lieu, ou bien à celui du maitre de la colonie. Exemple : Vougécourt, Vogesi-curtis ; Godoncourt, Godonis-curlis ;

n'est pas étonnant qu'ils aient choisi cette position, soit comme un séjour d'agrément, soit comme une forteresse, pour commander le passage de la rivière, le barrer au besoin et en surveiller le péage. Au reste, quel qu'ait été ce lieu sous la domination du peuple-roi, après la ruine de Corre, toute l'illustration de cette dernière cité fut transférée à Jonvelle ; et c'est ce qui explique l'importance acquise par celle-ci au moyen âge, et conservée par elle jusqu'à la fin du dix-huitième siècle.

 

 

§ II.

CORRE,

A sept kilomètres en aval de Jonvelle, au confluent de la Saône et du Coney, est situé le village de Corre. Son paysage, vu des hauteurs de la route de Jussey, est des plus pittoresques. De là, le regard embrasse les deux rivières qui arrosent ses jardins, fertilisent ses prairies et favorisent son commerce. Son faubourg, disséminé dans une forêt de peupliers, et ses maisons groupées .../...

Aboncourt, Abonis-curtis; Renaucourt et Raincourt, Reginaldi-curtis, etc. Quant à la terminaison velle ou ville, qui a le même sens que court, elle vient du latin villa. Elle désignerait généralement des lieux où les Gallo-Romains ont établi des métairies et des maisons de campagne, autour desquelles se sont insensiblement groupés )es hameaux, les villages et même des villes. Comme la désinence curtis, elle modifiait le nom du lieu, d'un chef de curie, d'un prince, d'une divinité, d'une autre ville, etc. Exemple : Martinve.lle, Martini-villa ; Enfonvelle, Offonisvilla : Jonvelle, Jovis ou Junci-villa ; absolument comme dans les temps modernes on a formé Vesoul-Bénian ; 0rléans-ville ; Philippe-ville, etc. Les terminaisons villey, trilliers, villers, villars, ont la même origine que velles ou ville, d'où sont venus les noms vulgaires de ville et village, qui désignent des agglomérations plus ou moins considérables d'habitations.

autour du clocher roman de sa vieille église, et à demi voilées par un rideau de verts sapins, ouvrent leurs avenues aux routes de Vesoul, Jussey, Bourbonne, Darnay et Luxeuil. Vis-à-vis s'étend le vallon du Coney, accidenté de coteaux, où se dessinent en profil Vougécourt et Demangevelle avec la dernière de ses quatre tours féodales. Au fond du tableau apparaît l'immense forêt de Passavant, dont les dômes imposants vont, du nord à l'est, se confondre avec les ballons de l'Alsace. A gauche, Bourbévelle, Jonvelle, Grignoncourt, Bousseraucourt, Ameuvelle et Moncourt s'échelonnent en amphithéâtre sur des collines enveloppées dans les contours gracieux de la Saône. Mais ce n'est pas seulement à cette charmante position que Corre est redevable de l'intérêt qu'il inspire. Les antiquités qu'on y trouve attestent l'établissement et le séjour de la nation puissante qui, après ses conquêtes, a laissé là, comme partout, les marques de sa grandeur. Au moyen âge Corre est appelé Corra (1130, 1160, 1172, 1257), Chore (1195, 1198), Corria (1210, 1520), et, dans des temps plus reculés, Colra (1150), Coldrinicum (1) Ces dernières dénominations ont fait penser à Perreciot (2) que Corre avait donné son nom au pagus Colerensis, et que cette ville, autrefois considérable, avait cessé, après sa ruine, d'être le chef-lieu de ce canton, pour léguer cet honneur à Port-Abucin. Voici comment ce savant expose les motifs de son opinion. Selon Frédégaire, Brunehaut, aïeule de Thierry, roi de Bourgogne,

(1) Histoire du cornté de Bourgogne,.I, 92 et 592.

(2) Ebauches manuscrites, au mot ALbiniacum.

et Sichilde, épouse de Théodebert II, roi d'Austrasie, choisirent un endroit situé inter Colerensem et Suentensem pagum, pour traiter les différends qui divisaient les deux princes (608). les érudits conviennent que l'un des Pays désignés dans Frédégaire était dans la Bourgogne, et l'autre dans l'Austrasie. Or, les chartes les plus anciennes ne signalent aucun pagus du nom de Colerensis, et la position de ce dernier a paru si incertaine, que les commentateurs se sont contentés de l'appeler pagus ignotus. Mais, les pays qui confinaient le Saintois appartenant tous à l'Austrasie, excepté le Portois, il résulte évidemment que c'est ce dernier qui se nommait Colerensis. la comparaison de plusieurs textes anciens semble confirmer cette opinion. Pérard cite un titre de 579, dans lequel on lit que Godin et Lautrude, son épouse, donnèrent à l'abbaye de Saint-Bénigne de Dijon leur domaine allodial d'Albiniacum, situé dans le canton Collatin, in pago Collatinensi (1). Or cet Albiniacum, souvent enlevé, puis restitué à )'abbaye, et par conséquent souvent mentionne dans les chartes du moyen âge, n'est pas autre que Saint-Marcel-lesJussey. Tous les titres postérieurs A la donation de Godin le placent dans le Portois, in pago Portuensi, autrefois nomme Colatunsis, dit la chronique de Saint-Bénigne (2) Il y a sans doute une grande différence entre Collatinensis, Colatunsis et Colerensis. Mais ce dernier norn a pu être changé dans Vrédégaire, par l'inadvertance des copistes ; et d'ailleurs chacun sait que, dans la première

(1 j PERARD, dans l'Hist. de Saint-Etienne de Dijon, pag. 74. (2) þ Gaudinus quidam ex primatibus Burgundiae.', unà cum conjuge

partie du moyen âge surtout, les noms des pagi ont varié à l'infini, principalement dans les syllabes finales. On en pourrait citer plusieurs exemples où le radical est A peine conservé. M. Lonchamp, dans sa notice sur Vesoul (1), pense aussi que cette substitution eut lieu dès le sixième siècle; mais il prétend, d'après Roger de Belloguet, que le pagus Collatinensis ou Decolatensis, n'était autre que le Vesolatensis, remplacé plus tard par le pagus Portuensis. Ptolémée ne nomme que quatre villes de la Séquanie : Dittatiurn, Vesuntium, Equestris, Aventicurn, C'étaient les cités de premier ordre. Les itinéraires et les notices en indiquent plusieurs autres d'un rang inférieur. Depuis longtemps on est d'accord sur la position de ces villes, excepté pour Dittatium. Bergier le place a Dole; le P. Joly avec le P. Dunod, à Verdun ; d'Anville, près de Passavant, dans un lieu qu'il ne nomme pas, mais qui n'est autre que Corre : le docteur Humblot et le baron de Walckenaer se rangent à cette opinion (2). Quoi qu'il en soit de ces différents systèmes, l'état du sol sur lequel Corre est bâti ne permet pas de douter de sa haute antiquité. Les routes, les médailles, les débris de statues et d'architecture, les monuments funèbres

suâ, nomine Lautrude, dedit Sancto Benigno alodium juris sui, cui vocabulum est klbiniacum, situm in pago de Colatunse, quod nunc generaliter Portuensis dicitur. i L'abbé Fyot, rapportant la même charte, écrit Collatiense. (Voir Chronique de Saint-Bénigne ; PÉRARD, pag. 15 ; Script. rerum gullic tom. XI, p. 558 ; Cartul. de Saint-Bénigne, année 887 ; Annales de Bèze ; Cartul. et pouillé de Saint-Marcel, aux archives du Doubs.

(1) Mémoires de la Commission archéol., livraison, pag. 40.

(2) Géographie ancienne des Gaules.

 

que l'on met chaque jour à découvert, appartiennent, pour la plupart, à la première période de l'empire romain. La ruine de cette ville remonte a la fin du troisième siècle, époque des premières invasions germaniques. En effet, l'absence totale de symboles chrétiens, même sur les tombeaux, fait assez connaître que le Qambeau de l'Evangile n'avait pas encore éclairé les habitants de Corre à l'arrivée des barbares. Si la foi chrétienne avait déjà été prêchée en Sequanie par nos saints Ferréol et Ferjeux, ses progrès ne s'étaient pas étendus bien loin au delà de Besançon, et le paganisme demeura la religion officielle jusqu'à la conversion de Constantin. En second lieu, les médailles les plus nombreuses ne dépassent guère l'année 275. Il en est de même d'un groupe de 400 petits bronzes découverts à Melincourt il y a quelques années, et qui appartiennent au règne de Gallien (260). Les monnaies trouvées dans les environs de Corre, et surtout à Biémont, bourgade ruinée, près de Vitrey, s'arrêtent généralement à la même époque. Ajoutons enfin que la position géographique de Corre destinait cette ville à périr des premières. Placée au centre des routes qui convergeaient des bords du Rhin et de la Moselle vers la cité des Ingons, par Mandeure, Luxeuil et Port-Abucin, elle fut nécessairement ensevelie sous le flot de la première invasion que la vengeance divine déchaîna sur les frontières occidentales de l'empire. Ainsi finit Colra : sa gloire et son opulence, ses temples et ses dieux, ses citoyens et ses palais, ses bains, ses aqueducs et même ses tombeaux, tout fut la proie des farouches dévastateurs.

 

 

§ III.

 

BOURBONNE.

Cette ville se reliait par une voie romaine avec Corre et Jonvelle ; son nom est mêlé à notre histoire, dans tous les événements principaux du moyen âge et, des siècles modernes. Ses riches antiquités doivent donc arrêter ici notre attention. Bourbonne, que les anciens titres appellent Borbone, Borbona, Vervona, dérive de Borvo, qui en langue celtique signifie source thermale (verv, chaud ; oue, fontaine). Ce n'était point d'abord le nom de la ville, mais celui de son dieu protecteur ; car chaque ville et chaque tribu, chez les Gaulois, avait sa divinité tutélaire particulière. Ou plutôt Borvo était la source thermale divinisée, selon la coutume de ce peuple, qui divinisait de même les rivières, les montagnes, les rochers et les forêts. C'est ainsi que les eaux de Luxeuil sont devenues le dieu Lussovius, et le Breuchin, Brixia. k e nom primitif de Bourbonne paraît avoir été Indesina, que l'on trouve dans la carte de Peutinger, seul monument ancien qui mentionne cette ville. En effet, cet itinéraire fait partir de Noviomagus (Pompierre), une voie qui aboutit A un petit édifice entourant une cour, signe indicateur d'eaux thermales. Au-dessus on lit Indesina et le chiffre XVI, marquant la distance d'un lieu A l'autre. Or, cet édifice ne peut désigner que Bourbonne. En effet, il est exactement figuré sur la carte comme ceux des autres localités qui possèdent aussi des eaux chaudes ; on y trouve indiquée la source de la Meuse sortant, pour ainsi dire, sous les murs de l'édifice, et de fait les eaux thermales de Bourbonne sont les seules rapprochées de la source de cette rivière. Il n'existe dans le voisinage aucune voie, aucun autre nom, auxquels on puisse rattacher l'établissement d'Indesina. Enfin, le chiffre XVI désigne parfaitement en lieues gauloises la distance de Noviomagus à Bourbonne. Il faut en conclure que le nom de Borvo n'a été ajouté a celui d'Indesina que pour signifier que cette ville possédait des eaux thermales. Plus tard, à la suite de circonstances qu'il serait difficile de déterminer, le nom principal fut abandonné et remplace simplement par celui de Boreo, d'où sont venus plusieurs dérivés. Ces sortes de substitutions ne sont pas rares, surtout aux époques de transformations sociales telles qu'en produisit la chute de l'empire romain. En effet, nous trouvons l'appellation Borvo seule employée dans une inscription récemment découverte à Port-sur-Saône, et faisant partie de la riche collection d'antiquités que M. Galaire exhume tous les jours du vieux sol de Portus Abucinus, avec un zèle si méritoire aux yeux de la science. Sous le fond circulaire d'un vase de verre blanc, on lit en relief cette épigraphe également circulaire : G. LEVPONI BORVONICI.I cette curieuse inscription nous apprend donc que, sous la domination romaine, G. Leuponus, de Bourbonne, exploitait une verrerie dans cette ville, ou peut-être sur les rives du Coney, A ce point de vue, ce fragile débris est un monument précieux pour l'histoire de Bourbonne et pour l'histoire générale de l'industrie française.

 

CHAPITRE II.

VOIES ROMAINES, Voie NAUTIQUE.

 

Les chemins publics furent un des grands objets de l'activité administrative du peuple-roi. Le savant ouvrage de M. Clerc fait connaître les voies romaines de notre province, leur mode de construction, les différents noms qui leur ont été donnés et les études antérieures qui en ont été faites (1). Nous allons décrire plus amplement ceux dont on retrouve les traces sur le sol de Jonvelle et de son voisinage.

I. Route de Luxeuil a Langres par Corre, Jonvelle et Bourbonne. Cette route, en quittant Luxeuil, traverse le bois de la Manche (2), où elle laisse quelques vestiges vers la fontaine des Romains, descend au Champ-Fras, sur le territoire de Fontaine, Là, elle se divise en deux rameaux, dont l'un se dirige sur Plombieres ; l'autre, traversant le village, laisse à droite Saint-Loup

(1) Le Franche-Comté d l'époque romaine. (2) Manche ou mange, mot qui dérive de mansio, habitation. on le trouve à Betaucourt, à Magny, à Cemboing, à Enfonvelle, à Baulay, à Anchenoncourt, au Vernoy. A Membrey, c'est dans les bois de la Mange que l'on a découvert la villa aux superbes mosaïques.

 

avec un embranchement sur Bains, et arrive sur le territoire d'Anjeux. Les nombreuses antiquités que l'on découvre ici, les lieux dits Chemin-Ferré, la Brossote (1), la Sarrasinière (2), enfin un autre tronçon de route qui s'étend vers Bains, tout semble indiquer que les Romains avaient a Anjeux un établissement important. De là, notre route se prolonge vers Girefontaine, Mailleroncourt, Vauvillers, Demangevelle, et arrive ainsi à Corre, où elle passait le Coney sur un pont dont on voyait encore les vestiges au siècle dernier. De Corre cette voie se dirige sur Bourbévelle, Jonvelle, Enfonvelle, VillarsSaint-Marcellin, Bourbonne et Langres.

Il. Route de Besançon a Charmes-sur-Moselle, par Scey-sur-Saône et Corre. La route de Besançon a Langres par Seveux jetait à Oiselay un rameau vers le nord ; c'était la route des Vosges. Elle arrivait à Scey-sur-Saône, par Fretigney, Vy-le-Ferroux et Bucey, et à la sortie de ce bourg, dans le canton appelé Pérouse, elle suivait le tracé de la route actuelle, sur un parcours de deux kilomètres, laissait à gauche Neuvelle ( nova villa), ou abondent les tuiles romaines, passait devant le retranchement de Chatey, sur le territoire de Combeaufontaine,

(1) Cette dénomination, qui signifie ordinairement un terrain pierreux, est synonyme de Perrouse, Parrois, Proux, Prouse, Perrière, Petrosa. Elle indique souvent le passage d'une voie romaine, par exemple, à Betaucourt, è Magny, à Saponcourt, à Girefontaine, à Augicourt, à Blondefontaine, entre Corre et Passavant, entre Baulay et Buffignécourt, à la Villeneuve, à Neurey, etc. (2) Les dénominations sarrasines, indiquant. le passage des farouches enfants de Mahomet, sont nombreuses en Franche-Comté. On les trouve en particulier à Anjeux, à Semmadon, à Arbecey, à Oigney, à Coilfy-leChateau.

et traversait les bois.d'Arbecey et de Purgerot, au milieu des monuments celtiques de Creuseil. C'est près de là qu'elle coupait la grande ligne de Port à Langres. Après avoir côtoyé le plateau de Saint-Jean-d'Anrosey, cette voie laisse à droite le retranchement de Châtelard, traverse les territoires de Gesincourt et d'Aboncourt, et arrive à la Saône devant Baulay. Un fait remarquable, c'est que tout le territoire d'Arbecey et des alentours est sillonné par des lignes pavées en hérisson, sur une largeur de quatre mètres, et désignées vulgairement sous les noms de Chemins ferrés, Chemins des Sarrasins, Chemins des Romains. Ces traces sont quelquefois apparentes, et plus souvent recouvertes d'une couche légère de l'épaisseur du labour. Dans toute la Séquanie, M. E. Clerc ne connaît pas de localité où les voies romaines se multiplient autant que sur ce point. Le Mémoire sur les antiquités de Port-Abucin et de Purgerot, présenté à l'Académie de Besançon en 1859, a donné la raison de cette convergence remarquable de tant de lignes à un même centre. La route que nous décrivons n'a point été pavée sur tout son parcours. En quittant la Saône, elle pénètre dans les bois de Baulay et de Bufignécourt, appelés les Brosses, passe A 300 mètres de Contréglise (1), gagne les fermes de Grange-Rouge et de Villas et arrive à Corre. En sortant de ce village, près du cimetière gallo-romain, elle entre dans les Perrières, où elle sert de limites aux bois de Dernangevelle et de Vougécourt, passe à la ferme

(l) Une donation de Guy de Jonvelle à Clairefonlaine mentionne ca vieux chemin de Contréglise : veterern viam.

de la Nava et à Passavant, dont elle traverse la forêt, aux pieds du mont Parron et du retranchement appelé le Haut-de-Langres, et prend sa direction sur Vioménil, Escles et Charmes, remarquables par leurs nombreuses antiquités.

III, Route de Morey à Jonvelle par Jussey. Cette voie peu connue prend naissance au camp de Morey, d'où elle descend à la Pérouse, traverse les bois de Cintrey, de Preigney et celui de Cherlieu, appelé CharLemagne. Sur le territoire de Marlay ( commune de Montigny), elle nous est indiquée par une charte de l'an 1 127, en ces termes : Ab antiquâ viâ quâ itur ad Jussiacum (1) ; puis elle prend successivement les dénominations de Prouse, de Grande Voie, de Voie Blanche, et arrive a Chazel, où fut bâtie l'ancienne ville de Laître, aujourd'hui Jussey. De là elle descend au nord-ouest, en côtoyant la colline, et se bifurque en deux rameaux, dont l'un se prolonge sur Cemboing, Barges, Voisey, et l'autre sur Jonvelle, par Betaucourt. Ce dernier embranchement était appelé le Chemin de la Poste, le Chemin de France. Sur le territoire de Betaucourt, la route traverse le rupt de Prou. Au fond du vallon on voit encore les vestiges d'un château féodal qui appartenait, en 1 290, a Vichard de Bourbonne, bailli d'Amont, époux d'Agnès, dame de Betaucourt. Au sommet du coteau, d'où l on jouit d'un point de vue magnifique, est érigé de temps immémorial un oratoire en l'honneur de Notre-Dame de Pitié.

(l) Cartul. de Cherlieu, à la Bibl. impériale,

 

Non loin du petit monument, on trouve les lieux dits le Fendey (fanum Dei), le Martimont (Martis mons), et en plusieurs endroits du finage, des tuileaux romains de la première époque. Le Grand et le Petit Magny forment le village de Betaucourt.

IV. Boute de Mandeure à Noviomagus, par Corre, Jonvelle, Chatillon et Lamarche. Cette voie, que M. Pistolet de Saint-Ferjeux appelle voie de Conflans à Lamarche, se détache du grand réseau qui rayonne autour de Luxeuil vers Belfort, Mandeure et Port-sur-Saône. On en trouve des traces à Visoncourt, à Conflans, entre Dampierre et Anchenoncourt. Le bois de la Mange, voisin de ruines romaines, ceux de Dimont et des Perrières, le Chazel, l'abbaye de Clairefontaine et Damoncourt, indiquent assez sa direction. De Corre elle passe a Jonve]le dans les lieux dits les Châteaux, la Chemenée, la Paulouse, la Malpierre, les Parrois; ensuite par Châtillon, Iche, Lamarche, Rocourt, et va rejoindre, à Noviomagus (1), la grande voie consulaire de Trèves a Langres.

V. Route de Corre à Miévillers. Une petite voie descendant la Saône jusqu'à Ormoy se dirigeait au bac de Miévillers, par le Magny, où elle traversait, le bois de la )Mange, parsemé de tuileaux et de debris romains. Les bois du Châtelet, et des Brosses, les autres lieux dits Planches de La Perrière et des vieilles Voies, en indiquent

(1) aujourd'hui Pompierre, Pons petroeus, lieu célèbre par l'entrevue que Gontran eut avec son neveu Childebert, en 577. Ce village était alors situé sur les frontières des royaumes de Bourgogne et d'Austrasie.

le tracé sur le territoire de ce village, D'autre part, une charte de l'abbaye de Cherlieu constate qu'en 1324 et 1360, le bac de Mievillers était un passage très fréquent.e, pour les communications entre la France et le comté de Bourgogne (1). Dans le bois qui domine ce passage, on a trouvé des statues gallo-romaines et d'autres antiquités qui ont disparu, sauf quelques vestiges incrustés dans les murs de la maison Vincent. l es études faites jusqu'à ce jour sur cette ligne ne permettent pas encore de la suivre plus loin, d'une manière certaine.

VI. Route de Port-sur-Saône à Langres. Cette voie traverse les bois de Port-sur-Saône et de Chargey, puis ceux de Purgerot, qu'elle sépare ensuite du territoire d'Arbecey. Dans la forêt de Purgerot, elle est pavée de pierres si dures qu'elles se montrent, en certains endroits, plutôt polies qu'usées par le frottement. La route se dirige sur Lambrey et sur le moulin de la Perrière, territoire de Bougey, où elle est bien visible. De là on peut la suivre facilement à travers le Pré Romain,, les Etrapeux, le Ch,amp de Villars, le Longeapas, les Chemenées et, le Souillenne, jusqu'à la hauteur du Montrot. On trouve en cet endroit solitaire, sur une vaste étendue de terrain, des tuileaux romains et des débris de constructions rnêlés de sculpt.ures en demi-bosse, Au fond de la vallée, on voit encore un petit édifice élevé sur les ruines d'un ancien oratoire dédié à saint Martin,

(1) En allant dès le réalme à l'empire, et en venant dès l'empire au réalme, franchement et quittement, sans délays. ( Archives de la Haute-Saône.)

et. à l'entour, des fragments de cercueils en pierre et de tombes du quatorzième siècle. Ce lieu célèbre attirait jadis de nombreux pèlerins et servait de sépulture aux paroisses voisines. D'ailleurs, la convergence de plusieurs routes vers ce point, le voisinage d'un castellum, ces ruines nombreuses, ce pèlerinage, ce cimetière, la tradition, tout fait présumer qu'i) était habité dès les temps les plus reculés, et qu'il ne devint désert qu'après les invasions des premiers siècles et surtout après les guerres et les calamités du rnoyen Âge. Ici la route se divise en deux rameaux : l'un, en quit,tant le Nontrot, sépare les territoires de Noroy et de Montigny, comme l'indique une charte de 1157 (1) Arrivée sur le territoire de ce dernier village, elle disparaît, rnais on en retrouve les traces sous la charrue, en Vie Vigne, en Châtelot, aux Prés du Chemin, h. la Citadelle et surtout, à Biémont, lieu dit de Vitrey(via strata), rernarquable par sa belle position et par ses antiquités. De là cette voie se dirige sur Langres par Rougeux, où elle se relie avec celle de Fayl-Billot. L'autre embranchement se détache de la voie principale du Montrot, passe à Noroy, à Saint-Marcel, et arrive à Coiffy-le-Château, ou aboutissaient plusieurs autres routes. On a t.rouvé dans ce bourg des médailles romaines, des inscriptions et des tombeaux. Sur l'un d'eux étaient gravés ces caractères : D. M. AVRELIO ...,. SACRO ..... REM. D'ailleurs, cette position élevée a dû frapper les généraux de l'empire et servir à. leurs combinaisons stratégiques. L'importance de ce point s'est conservée jusqu'à la conquête de notre province.

(1) Ab antiquâ viâ lapidibus constructâ, que terminus est territorii de Noeriaco... usque ad territorium de Monteniaco. (Archives de la Haute-Saône : Cherlieu.)

Vll, loi nautique de Corre et de Jonvelle. Dès les temps celtiques, la Saône était la rivière par excellence, la mère du commerce. Aussi la possession de cette rivière et la question des péages allumèrent ces fatales discordes qui livrèrent la Gaule aux Romains. Ceux ci étaient frappés de la combinaison merveilleuse et providentielle des trois bassins du Rhône, du Doubs; et de la Saône, qui leur permettait de lancer d'un seul trait leurs marchandises et leurs soldats jusqu'à BESANÇON et à Mandeure par le Doubs, jusqu'à Seveux, Port-Abucin et Corre par la Saône. Ils confièrent la navigation de l'Arar A une classe d'hommes choisis parmi les nobles les Eduens et des Séquanais, et comblés par eux des plus grands honneurs (1). Le prêteur Lucius Antistitius Vetus, campé sur les frontières de la Germanie, sous le règne de Néron, proposa le creusement d'un canal de la Saône à la Moselle. Le Coney en était l'intermédiaire, et Corre devenait par là même une tête de ligne, qui mettait en communication directe la Méditerranée avec la mer du Nord, Rome, Lyon, Besançon, avec Treves, capitale de la Gaule Belgique. Mais survint un conseil plein de malice et d'envie, de la part du gouverneur de cette ville : Elius. Gracilis persuada à Vetus qu'il allait perdre l'affection des Gaulois, en appelant chez eux les légions d'une province étrangère pour l'exécution des travaux, et qu'il ne manquerait pas d'exciter la terrible jalousie de l'empereur. Il n'en fallut pas davantage pour faire échouer l'entreprise (1). Un savant a prouve, par les monuments, par l'histoire et l'examen des lieux, qu'il existait, au troisième siècle, une communication facile entre, la Méditerranée et Trèves,

(1) La Franche-Comté à l'époque romaine, 82-83.

résidence du préfet des Gaules (2). On aurait donc continué alors et exécuté le projet de Vetus. Quoi qu'il en soit, il fut repris au dix-neuvième siècle, mais pour demeurer inachevé. Cependant Corre ne fut pas tout à fait déshérité, sous les Romains, des avantages que lui promettait le projet de Vetus. Touchant, par sa position topographique, aux vastes forêts et aux établissements industriels des Leuques et du nord de la Séquanie, il conserva son comptoir et fut toujours un centre commercial. Ses deux rivières, autant que les routes nombreuses qui rayonnaient a l’entoure, en favorisaient le mouvement et l'activité. L'importance de sa navigation, qui cornmençait à Chàtillon et à Selles, diminua sans doute et se perdit même, pendant la longue période des invasions successives qui vinrent l'affliger ; mais elle reparut au moyen âge, et nous verrons plus tard (1465) avec quelle générosité nos comtes souverains enrichirent de privilèges la navigation de la Saône et du Coney, et avec quel zèle les bateliers, successeurs des Arariques, surent les défendre contre des prétentions rivales.

(1) Tacite, Annales, liv. XIII, chap, LIII.

(2) Constitutionnel, octobre 1821.

 

CHAPITRE III.

CASTELLA, CHATEAUX, RETRANCHEMENTS.

 

 

Les Romains, en faisant la conquête des Gaules, s'établirent d'abord dans les camps fortifiés des peuples vaincus, et en élevèrent encore d'autres, pour assurer leur domination, soit à l intérieur, soit sur les frontières des provinces. Les uns, servant à protéger les haltes de leurs troupes, consistaient dans un simple rempart de terre ou de pierres avec un fossé extérieur. Les autres, beaucoup plus considérables, étaient établis pour défendre e les légions en présence de l'ennemi, pour y placer des garnisons destinées à la surveillance, enfin pour loger celles qui prenaient leurs quartiers d'hiver. Ces camps, appelés stativa, étaient nombreux dans la Séquanie, surtout dans celte partie qui correspond au département de la Haute-Saône. Tels sont ceux d'Amage, de Cita, de Charriez, de Morey, de Montarlot et de Montverrat, décrits par M. Edouard Clerc. Mais lorsque les peuples qui habitaient au delà du Rhin commencèrent k envahir nos contrées, ces anciens camps devinrent insuffisants. D'ailleurs, les routes, qui sillonnaient le pays en si grand nombre, et qui avaient contribué à sa prospérité pendant la paix, étaient devenues elles-mêmes une cause de ruine, aux jours de l'invasion. Les soixante mille barbares que Constance-Chlore défit sous les murs de Langres, et tant d'autres ennemis dont les ravages, à la même époque, firent de nos belles campagnes un vaste désert, y étaient venus par toutes ces routes qui, partant des bords du Rhin et de la Moselle, abolissaient a Luxeuil, Port-Abucin, Purgerot, Morey, Corre, Jonvelle et Bourbonne. Alors les Romains, pour couvrir les camps principaux, les routes, les passages, les frontières, et arrêter ainsi dans leur marche les ennemis qui se précipitaient comme un torrent sur la province, élevèrent partout de nouveaux retranchements, des forteresses et des tours. Ces retranchements, appelés aujourd'hui Chazel., Chátel, Châtelet, Châtelard, Chatillon., etc., plus importants que des camps volants, ne diffèrent souvent des camps stativa que par une moindre étendue. Malgré les modifications que la main des hommes et du temps y ont apportées dans quinze siècles, on en retrouve encore un grand nombre autour de Jonvelle : et bientôt, cela n'est pas douteux, on pourra se rendre compte de la stratégie que les Romains et les peuples leurs successeurs avaient adoptée, pour la défense du pays que nous habitons. Indiquons-en sommairement les principaux.

I. Chatelard de Purgerot. Ce retranchement, situé au sommet d'un plateau escarpé qui domine au loin la contrée, et protégé du côté accessible par un gros mur et un fossé, communiquait avec les camps de Noroyet de Morey, par des signaux en usage chez les Gaulois et les Romains. Sa proximité de Port-d'Atelier, de Port-Abucin et de Creuseil, endroit si remarquable par ses antiquités celtiques, fait présumer que la forteresse avait été établie pour protéger les passages de la Saone et le réseau des routes qui venaient s'y rencontrer, de tous les points de la province. Ainsi l on croit que le Châtelard, après avoir servi aux Gaulois, devint un des points stratégiques les plus importants, sous la domination de leurs vainqueurs (1).

Il. Châtelet de Noroy-les-Jussey. Ce castellum, établi sur la montagne de Noroy appelée Bridelle, a une superficie d'environ deux hectares et demi. Il était défendu par un mur de circonvallation construit avec ciment, et présentant des angles aigus au nord et au levant et un rectangle au couchant. On y a trouvé des ossements humains et des armures. Du haut de ce retranchement, on aperçoit vingt-deux villages. Il commandait, ainsi que le Chatelard de Purgerot,, les routes nombreuses qui arrivaient a ses pieds et se croisaient au Montrot, k deux kilomètres de la montagne.

III. Châtillon-sur-Saône. C'est le castellum le plus intéressant pour nous, parce qu'il s'est relevé de ses ruines et que, voisin de Jonvelle, il a été comme lui, pendant tout le moyen âge, le boulevard de la province à laquelle il appartenait. Bâti sur un roc escarpé et enveloppé dans une ceinture de murailles hérissées de tours, dont on voit encore des vestiges imposants, Chatillon

(1) il a été décrit dans le Mémoire sur les antiquités de Purgerot.

s'avance A l'est comme un promontoire, au confluent de l'Apance et de la Saône. Les débris de constructions anciennes mèlés de tuiles à rebords, les vestiges de castramétation encore visibles dans le bois dit le Rouvrois, les sarcophages que l'on a découverts A la Riépotte(Ripella), contenant trois ou quatre cadavres à la fois, sa situation au centre des routes qui venaient y aboutir, les médailles que le sol a rendues, son nom lui-même, tout se réunit pour attester l'établissement et le séjour des Romains à Châtillon. On y voit encore les vestiges d'une porte, creusée dans la pierre et récemment détruite, qui conduisait à la Romaine, espèce de citadelle avancée, en face de la ville, et totalement ruinée pendant la guerre de dix ans.

IV. Autres retranchements. A quatre kilomètres de là, sur le coteau qui domine Jonvilotte, la voie de Corre a Châtillon et celle de Jussey à Jonvelle, on retrouve les ruines d'un petit retranchement, destiné aussi à protéger les alentours. On rencontre aussi un petit fort à l'entrée du bois de Passavant, non loin de la route romaine de Corre à Châtel-sur-Moselle. Il est appelé le Haut de Langres, sans doute parce que, depuis ce lieu culminant, la vue plonge sur les remparts de la métropole des Lingons. Des retranchements analogues, quoique moins considérables, existaient à Montigny, à Vitrey, à Ouge, à Charmes, dans les bois d'Amance et de Faverney, A Combeaufontaine, à Jussey, à Tartécourt, à Anchenoncourt. Nous les indiquons dans la carte des antiquités. Comme la plupart se trouvent dans les bois et sur des plateaux peu cultivés, il est à croire que ceux qui avaient été construits dans la plaine ou dans les autres lieux cultivés aujourd'hui, ont dû disparaître, nivelés par la charrue. Mais on voit, par cette simple énumération, combien les Romains avaient multiplié leurs moyens de défense, surtout. dans le voisinage des routes qui de la Germanie amenèrent les Barbares au sein de notre province.

 

CHAPITRE IV.

MONUMENTS.

Damoncourt, Corre et Bourbonne.

 

 

§ I. DAMONCOURT.

Comme souvenirs des temps celtiques dans les environs de Jonvelle, signalons d'abord la pierre monumentale de Damoncourt. Cette localité, appelée aujourd'hui Grange-Rouge, est située sur le territoire de Polaincourt. Un petit oratoire y avait été érigé de temps immémorial, en l'honneur de sainte Félicie. Une grande dalle, vulgairement dite la Pierre percee, à cause de l'ouverture circulaire pratiquée au milieu, passait pour être le tombeau de cette vierge martyre, et attirait une foule de pèlerins, qui venaient lui demander la santé, surtout pour les yeux. Mais ce petit édifice ayant subi les ravages du temps et des révolutions qui signalèrent le onzième siècle, le bienheureux Lambert, premier abbé de Clairefontaine, dont la sollicitude s'étendait à tout, le fit relever de ses ruines, et il en confia la garde et le service à deux de ses religieux. Dès lors, le pèlerinage, interrompu pendant quelque temps, fut remis en honneur jusqu'à l'invasion des huguenots, qui renversèrent la chapelle. Restauré de nouveau, grâce aux soins de l'abbaye et à la piété des fidèles, l'antique sanctuaire disparut sans retour, à l'époque de la révolution française, avec la pierre merveilleuse qu'il renfermait (1). Il n'est pas douteux que ce pèlerinage n'ait succédé, comme tant d'autres, à des superstitions païennes. Cette pierre percée n'était qu'un monument druidique ; et le nom de Damoncourt (Damonoe-curtis) peut bien rappeler celui de Damona, divinité celtique honorée à Bourbonne et figurant dans ses inscriptions. Les autres pierres percées que l'on voit encore sur les territoires de Dampvalley, de Traves, d'Aroz et de Fouvent ; la Pierre qui vire, lieu dit de Bougey et de Melay ; les hachettes en jade trouvées dans ce dernier village et à Rosieres-sur-Amance ; Bourbonne, dérive de Borvo, autre divinité celtique ; Baulay, nomme Baaler dans une charte de l'abbaye de Cherlieu (1209) ; Baslieres, près de Port-d'Atelier ; Baslenière, fontaine sur le territoire de Port-sur-Saône ; Belin, ancien moulin de Betaucourt; quelques statues revêtues de la saie gauloise et trouvées près du bac de Miévillers; enfin les monuments de Creuseil, dans les bois de Purgerot : tels sont les derniers vestiges qui rappellent des souvenirs celtiques autour de Jonvelle. Car les ravages du temps, les violences des hommes dévastateurs et surtout les conquêtes plus pacifiques de l'agriculture, ont peu respecte, dans nos pays, les monuments du premier âge.

(1) Mémoire de M. l'abbé Bruitey sur Clairefontaine.

§ II. CORRE.

Les antiquités de Corre ont été de bonne heure signalées à l'attention de la Société des Antiquaires de France (1). Elles ont fourni à MM. Marc (1806), Pratbernon (1819), Humblot (1824), et Eusèbe Salverte (1829), la matière de plusieurs Mémoires remplis d'érudition. Mais il est nécessaire de les dégager de certaines erreurs, que les entraînements de l'imagination et du patriotisme y ont introduites, d'en classer les matériaux avec plus de méthode, et d'y ajouter le résultat de nouvelles découvertes.

 

Monuments religieux. Dans la plaine dite le Parge, situé entre le village et la jonction des deux rivières, sur la place Saint-Maurice et dans les ruines de l'église, on a découvert une quantité considérable de débris d'autels, de statues et d'architecture, provenant sans doute du temple de la petite cité. On peut juger de ses dimensions par un chapiteau d'ordre corinthien qu'on a conservé. Ce morceau précieux, qui orne le kiosque de M. Barbey, mesure 37 centimètres a la base, et suppose par conséquent un piédestal de 1 mètre 30 centimètre:, un fût de 3 mètres 90 centimètres et un entablement de 90 centimètres. Quoique bien endommagé, il porte encore les feuilles d'acanthe et des vestiges de figure humaine entre les volutes. Quelques autres fragments de bas-reliefs et d'ornements de style incertain, un reste de corniche à feuillage vigoureusement fouillé, deux tronçons de colonnes de petites proportions, dont l'une, reposant sur une base attique, est enlacée dans une sculpture de vigne légère et élégante, nous révèlent le travail énergique, l'art sévère et même grandiose, qui ont présidé à la décoration de cet édifice religieux.

(1) Tome lll, pag. 20 et 21.

On voit encore dans le jardin de M. Villers une pierre de 44 centimètres de hauteur et de largeur, sur 76 de longueur, dont la base est ciselée, et la face supérieure creusée en bassin, avec une entaille en forme de rigole. Humblot et Eugène Salverte pensent que c'était un autel, ainsi disposé pour recueillir les libations et le sang des victimes. Une seconde pierre, qu'ils regardaient comme le complément de la première, ayant 1 mètre 50 centimètres de longueur sur 1 mètre de largeur, présentait une ouverture carrée de 40 a 50 centimètres et servait aux sacrifices. Chacun sait que l'autel païen était une sorte de piédestal, qui empruntait différentes formes, d'abord très simples et plus tard ornées de bas-reliefs et d'inscriptions. Chez les Romains, les autels consacrés aux dieux terrestres ou demi-dieux, étaient placés sur le sol et se nommaient ara,'. Les autels consacrés aux grands dieux étaient placés sur quelque construction élevée et s'appelaient altaria. Pour le culte des dieux infernaux, on faisait un trou en terre, appelé scrobiculus, sur lequel on égorgeait les victimes. Plusieurs statues remarquables ont été trouvées à Corre. Chevalier, dans ses Mémoires sur Poligny, rapporte que, vers le milieu du siècle dernier, on déterra une belle statue de Vénus en marbre blanc, de grandeur colossale, bien conservée et absolument nue. Son indécence la fit mutiler, et l'abdomen servit à faire le bénitier que l'on voit à l'entrée de l'église actuelle. Une autre statue non moins remarquable, quoique en grès rougeâtre du pays, a fourni le torse dont M. Barbey a enrichi le musée de Besançon. La grandeur et l'élegance des proportions, la bandelette qu'il porte en sautoir de droite à gauche, ses cheveux qui flottaient sur ses épaules, caractérisent la belle époque de l'art qui l'a produit. Le P. Dunod, et après lui M. Marc, racontent qu'en 1702 un laboureur trouva une statue équestre mutilée, dont le piédestal, d'un mètre de large, portait cette inscription : PAV.... A.. INNAM. FIL., que le premier avait lue : PAN. L. I. AP.INNAM. FIL,A. (1). M. Marc (2) en conclut que Corre était une colonie romaine, et que ce monument se rapportait à un certain Paulus Cinnamus, chevalier romain, qui vivait sous l'empereur Vespasien. Des fouilles, pratiquées dans le même endroit, mirent à découvert une statue pédestre également endommagée, et un piédestal sur lequel on lisait : SV SAMBATLOLE. Cette légende a-t-elle été fidèlement reproduite? ou bien faut-il, avec M. Marc, admettre une inversion de lettres, si familiere aux Romains, surtout à cette époque, et attribuer ce monument à Lollien, l'un des tyrans qui se partag-èrent le gouvernement des Gaules? La question est difficile a résoudre.

 

Monuments funèbres. Au commencement de la république, tous les Romains avaient leur sépulture dans l'intérieur des villes;

(1) Découverte de la ville d'Antre.

(2) Mémoire sur les antiquités de la haute-Saône.

mais au nom de la salubrité publique, la loi des douze tables ordonna d'inhumer au dehors. A dater de cette époque, on vit les tombeaux s'élever au bord des grands chemins. C'était une leçon publique donnée à l'homme, pour lui rappeler qu'il est rnortel, et pour le porter à l'imitation des grandes vertus célébrées par les monuments funèbres. Selon cette coutume, le cimetière de Corre avait été placé le long de la route qui se dirigeait vers Châtel-sur-Moselle. On y a trouvé une grande quantité de médailles, d'urnes et de pierres tumulaires. Ces tombeaux, la plupart, endommagés, sont en pierre de grès, assez commune dans le pays. Ils rnesurent 2 mètres de hauteur, sur une largeur de 70 centimètres à 1 mètre. Ils sont taillés en forme de niches, d'où ressortent, en demi-bosses plus ou moins détachées, une ou plusieurs figures d'hommes, et d’enfants dans des attitudes consacrées par les traditions religieuse. Ces monuments, d’un style rudimentaire , étaient debouts et ordinairements isolés. La plupat offrent trois faces, ornées de dessins variés, tels que guirlandes, palmettes, vases de fleurs et même figures enfantines. Les personnages sont revêtus de la tunique, plus souvent de la toge romaine, dont les plis perpendiculaires descendent jusqu'aux chevilles. Un mantelet jeté sur la robe couvre le buste plus bas que le coude. Le cou est découvert et l'on ne voit paraître que les mains, qui portent les attributs symboliques. La robe de quelques-uns est étagée et frangée dans le bas, Le mantelet plus ample et, plus long. Les cheveux symetriquement boucles autour du front, une attitude simple et modeste, impriment à ces images un air de jouissance et de gravité, symbole de la paix du tombeau. S'il n'y a qu'une figure, elle élève de la main gauche, appuyée sur la poitrine, une coupe en forme de calice. A la main droite est suspendu par l'anse un panier ou coffre conique, la pointe en bas, ou bien une sorte de réchaud. Le vase de forme conique, au rapport de Servius, se nommait futita, et servait a contenir l'eau pour les sacrifices de Vesta. Comme c'était une irréligion de le déposer à terre, on lui avait donné cette forme, afin que le ministre pût le porter sans danger de renverser le contenu. Quand il y a deux figures, la première unit la main droite à la main gauche de la seconde, pour soutenir ensemble la coupe, tandis qu'elles portent chacune, de la main restée libre, le vase conique ou le réchaud. Ceci est remplacé par une bourse dans un seul monument. Quels que soient l'âge et le sexe des personnes, toutes portent ces attributs. Au fronton de l'édicule, ou dans la main des personnages, on aper" oit quelquefois des emblèmes, qui rappelaient sans doute la profession du défunt. Un peu plus bas se trouvent les sigles D. M., Diis Manibus, et enfin l'inscription qui fait connaître les noms du défunt et ceux des parents qui lui ont érigé le monument votif. Dans l'une de ces niches funèbres, découvertes en 1820, on voit la figure d'un jeune homme tenant les vases syrnboliques ; à la partie supérieure sont les initiales D. M., et dans l'enfoncement l'inscription : LI..... SOLINI CESTI, ou CISTI. Ne pourrait-on pas admettre que Solini est le nom de famille, et que Costi ou Cisti, qui vient de cista, urne, indique la fonction du jeune homme ? On sait que les Romains avaient deux sortes d'urnes pour les votes : l'une, appelée cista, présentait une large ouverture et contenait les bulletins offerts aux électeurs ; l'autre, nommée cistella, avait l'ouverture très étroite et servait a les recueillir. Peut-être ce jeune défunt était-il questeur au sénat. Une seconde niche, qui appartient également à un adolescent, porte ces mots écrits autour de la tête : 0 RAMIOR. Une troisième représente une femme au cou allongé, à la chevelure tressée en limaçon, sans aucune légende ni attributs funèbres. Une quatrième, très gros- siere, porte l'inscription : D. M. MEMORIE CVCVMILE FILIE. Dans le tyrnpan sont sculptées deux figurines d'un aussi mauvais style, séparées par un objet qu'elles sem- blent frapper. Une cinquième est un bas-relief, dont il ne reste que la tête en partie mutilée, autour de la- quelle on peut encore distinguer ces mots : ADITIE DTOTIAN. C'était, suivant le docteur Humblot, de Jussey, une anagramme ou sont compris les mots Ditta- tioni, Dittationoe et Didattitionoe, d'où il concluait, en s'étayant d'ailleurs sur d'autres conjectures moins hasar- dées, que le village de Corre est l'ancien Dittatium (1) Comme type de ces monuments funéraires et d'une exécution toujours grossière et élémentaire,

(1) Les auteurs de la Nouvelle Diplomatique disent que cette manière d'intervertir les lettres a été en usage dans tous les temps. Selon saint Jérôme, le prophète Jérémie s'est servi quelquefois de ce genre d'écri- ture ; et Suétone nous apprend que Jules-César employait aussi ces caractères, qu'il appelait coecas litteras. Pratbernon et Humblot mentionnent encore dans leurs Mémoires un fragment d'inscription trouvé dans le cimetière gallo-romain. On y lit : D- M. TIBER. MASC. AVOANA

.

cliquez pour voir plus grand

 

nous présentons une tombe (1) dont le dessus, excavé en forme de voussure, laisse ressortir trois têtes, a droite celle d'un homme barbu, au milieu une figure de femme avec une sorte de coiffure en diadème, posée sur ses cheveux roulés en bandeaux ; à gauche, la tête d'un jeune homme imberbe, avec des cheveux frisés. Cet,te disposition sernble réunir le père, la mère, ou la fille et le fils. Au-dessous, sur la tablette, est une inscription votive, qui a été copiée avec les incorrections de l'ouvrier graveur. A la partie inférieure est sculpté un cippe funèbre entre deux patères. Cette pierre tumulaire, presque exclusivement taillée à la pointe du marteau et incrustée dans le mur du jardin de M. Villers, est brisée par le pied et mesure encore 1 mètre 75 centimètres de hauteur sur 80 centimètres de largeur. Tous ces monuments, d'un style peu caractéristique, ne sont que les essais d'un art encore peu avancé, ou déjà tombé en décadence. Cependant il en est deux, dans les bosquets de M. Barbey, qui paraissent offrir un modèle plus complet entre toutes ces ébauches. C'est d'abord une figure de jeune fille, dont le relief très saillant a été détaché de la niche à laquelle il était adossé. Cette image est assez gracieusement posée, et respire un sentiment de candeur heureusement exprimé, quoique par des moyens fort simples. Elle est enveloppée dans un manteau étroit, et tient dans sa main droite le vase symbolique. Bien que ce débris ne soit pas à beaucoup

(1) Planche 1.

près un ouvrage fini, c'est cependant le morceau qui nous a paru le plus digne de fixer l'attent.ion (1). Le second est un bloc de grès, qui devait avoir de 1 mètre 50 à 1 mètre 80 de hauteur. Brisé par la base et réduit a 1 mèt.re 30 c. de hauteur avec 75 centimètres de largeur, il est creusé en forme de niche et couronné par une pyramide accostée de deux saillies curvilignes, ou cornes caractéristiques du monument. Dans l'enfoncement de la niche, un homme et une femme ressortent en relief : la femme est reconnaissable a sa coiffure, partagée sur le front et très relevée sur les tempes. La tête de l'homme accuse une certaine rondeur de formes qui lui donne de l'expression. Il est vêtu d'une tunique à larges manches montant jusqu'au cou, et par dessus d'un manteau drapé, qui est relevé sur le pli du bras. De la main gauche il porte par son anse une sorte de panier. La main droite est étendue pour saisir un vase de forme longue, poculum, que tient aussi la main droite de la femme. Celle-ci est vêtue elle-même d'une tunique et d'un manteau, dont les plis sont ramenés sur la poitrine de gauche à droite (2). Ce monument a sans doute été élevé à la mémoire de deux époux, qui sont représentés dans la force de l'âge, se partageant la coupe de la vie. Il y a dans cette communauté d'action l'image d'une idée dont la moralité est frappante : cette coupe simultanément partagée et soutenue, ce panier symbolique, dont le mari seul est chargé, sont évidemment l'expression

(l) Planche Il.

(2) Planche Ill..

cliquez pour voir plus grand

 

 

 

d'un beau trait de la religion antique, dont le côté phi- losophique est mis en relief d'une manière bien sentie.

 

Urnes funéraires. Urne, du latin urere, brûler, signifie récipient d'un corps réduit en cendres, et partant d'une dépouille mortelle. On en faisait en métal, en verre et en terre, de couleurs variées. Les urnes vulgaires étaient plus grandes, parce qu'on prenait moins de soins de la crémation pour les pauvres que pour les riches ; souvent on y mêlait les cendres de plusieurs personnes. Quelques-unes portaient les sigles D. M. et une inscription ; d'autres renfermaient des médailles, des ossements d'animaux, des défenses de sang-lier, des bois de cerf et autres objets de prédilection du défunt. Les urnes exhumées des sépultures de Corre et déposées au musée de Besançon, attestent l'antiquité de cett,e ville et l'usage de renfermer des vases cinéraires dans les tombeaux. Cette coutume, connue même des Gaulois, existait encore sous le Bas-Empire. Elle se conserva chez les païens et même chez les chretiens, qui, malgré les lumières de la foi nouvelle, faisaient ce qu'ils avaient vu pratiquer par leurs pères. Il a fallu toute l'autorite des conciles pour combattre et détruire cet usage idolâtrique. On voit qu'à cette époque, dans la vie publique comme dans la vie privée, les habitants de Corre sont tous romains. La langue latine est celle des inscriptions et de la haute société ; sur les tombeaux on reconnaît la religion, la coutume, la toge et jusqu'à la barbe des Romains. Les urnes et les sarcophages d'une seule pierre, trouvés à Corre et dans le voisinage, rappellent le double usage

ou ils étaient, tantôt de brûler les corps, tantôt de les ensevelir sans ]es brûler. Un fragment de poterie (1), dont le travail est embelli d'ornements et de bas-reliefs, atteste aussi dans les ustensiles une élégance inconnue de nos jours.

 

Bains et thermes. Chacun sait que les bains et les thermes ont excité au plus haut degré la sollicitude des Romains. Nous en avons pour preuve )a magnificence que leur génie a déployée dans ceux de Bourbonne, de Bains, de Luxeuil et de Plombieres. Portiques, galeries, statues, bassins de marbre, de granit et de porphyre, salles ornées de fleurs et d'animaux en mosaïque, vases précieux d'huiles et de parfums à l'usage des baignants, rien de ce qui peut nourrir 1e luxe et la volupté n'était épargné chez ce peuple, devenu tout sensuel. Mais à défaut de sources thermales, chaque cité, chaque villa même avait ses bains artificiels. Dans le siècle dernier, Corre offrait aux regards des curieux les vestiges de ses anciens bains, pareils à ceux de Jallerange, de Saint-Sulpice, de Coligny, d'Antre, d'Osselle, de Poligny, de Mandeure, de Baignes, etc. Le savant religieux couronné en 1777 par l'académie de Besançon, a décrit ces somptueux édifices avec le riche mobilier qu'ils renfermaient. Il est vraisemblable que les mosaïques de Membrey, de Port-sur-Saône, de Vitrey, de Voisey, de Blondefontaine, d'Aisey,

(1) Nous l'avons donné au musée de Besançon, avec trois urnes funéraires et deux clefs, dont l'une est en cuivre et l'autre en fer. k Biémont, territoire de Vitrey, on trouve une grande quantité de morceaux de poterie de couleurs variées, qui accusent des vases d'une grandeur considérable,

cliquez pour agrandir

 

de Charmes-Saint-Valbert, etc., sont des restes d'anciens établissements de ce genre. Aq ueducs. Les eaux étaient amenées et distribuées dans les villes par des canaux souterrains, pour l'usage des habitats, pour les bains et pour les temples des dieux. Tels étaient les aqueducs d'Arcier, de Luxeuil, de Port- sur-Saône, de Baignes, de Bourbonne. " Celui de Corre, dit M. Marc (1), situé du côté de Demangevelle, avait environ un mètre de hauteur dans oeuvre, sur neuf décimètres d'ouverture. Il était revêtu, dans sa partie inférieure, d'un ciment de deux decirnètres d'épaisseur. La voûte est composée de longues pierres plates rejointoyées avec un ciment de chaux, de sable et de briques pilees. L'intérieur est cimenté de même. L'enveloppe de l'aqueduc est un massif de pierres, qui font parement vers le centre concave de ce canal, dont l'ensemble présente la plus grande solidité. " Ce travail, dont on ne trouve plus aucune trace, avait beaucoup de ressemblance avec celui du canal d'A.rcier. Il faudrait donc en faire remonter aussi la const,ruction jusqu'au règne de Marc-Aurèle. Une autre fontaine, qui prend sa source à la jonction des routes de Jussey et de Jonvelle, parait avoir été distribuée dans la ville par différents canaux. Les fondations du récipient sont encore visibles à un mètre au- dessous du sol actuel, et la tuile romaine a été trouvée en grande quantité dans le voisinage.

(l) Dissertation sut' les antiquités de la Haute-Saône, pag. 171,

 

§ Ill.. BOURBONNE.

Cette ville possède deux monurnents gallo-rornains, d'autant plus int,éressants qu'on y trouve son nom. Le premier, exhume des ruines du château et déjà connu au seizième siècle, est un bloc de marbre assez mutilé, reste d'un autel votif; il porte l'inscription suivante, attestant la reconnaissance d'un père pour la guérison de sa fille. ...ORVONI. T (A) MONAE. C. IA TINIVS. RO MANUS. IN G. PBO. SALV (T) E. COCILE FIL. EX VOTO

Ce qui signifie : " A Borvo et à Damone, Caius Jatinius, Romain, venu dans les Gaules pour la guérison de sa fille Cocilla, ex voto. " M. Jolibois traduit : " (Carius, Jatinius, noble Romain Romanus ingenuus), s'est acquitté de son voeu envers Borvo et Damona, pour la santé de sa fille Cocilla (1) " Cette inscription se trouve dans l'antichambre de l'établissement thermal. Le second monument est une petite plaque de marbre blanc, trouvée en 1883 sous les décombres d'une maison incendiée. L'inscription, gravée en beaux caractères, porte :

(1) La Haute-Marne ancienne et moderne.

DEO. APOL LINI. BORVONI ET. DAMONAE C. DAMINIVS FEROX CIVIS LINGONV. EX VOTO

C'est-à-dire : Caius Dominius Ferox, citoyen de Langres, au dieu Apollon, à Borvo et à Damone, pour l'accomplissement d'un voeu. " Cette pièce remarquable appartient à M. le docteur Ath. Renard. Cette dernière découverte semblait destinée à jeter un grand jour sur la manière de compléter et d'interpréter l'inscription citée plus haut. Les savants ont donc pense que le nom d'Apollon devait toujours être suppléé à celui de Borvo, qui n'en serait que l'épithète. Mais une étude plus attentive nous conduit à une conclusion tout opposée. Les deux inscriptions sont entières et complètes. La première n'exprime point le nom d'Apollon, le dieu de la médecine, mais seulement ceux de Boreo et de Damone, autres divinités protectrices des thermes. Ainsi Borvo n'est point une épithète, mais le véritable nom d'une divinité celtique, d'un génie bienfaiteur des eaux. Sur la plaine, à l'extrémité de la colline qui s'avance au sud comme un promontoire, s'élevaient trois temples d'ordre corinthien, dont le plus important avait un portique en granit vosgien, tandis que les deux autres avaient des portiques en pierre du pays. C'est là qu'on invoquait Apollon, Boreo et Damone, divinités tutélaires des thermes.

Le sol antique de Bourbonne a rendu en tout temps un grand nombre de monuments et de débris romains ; mais rarement ils ont été recueillis par des mains conservatrices, et plus rarement décrits avec quelque certitude arehéologique. Les ouvrages publiés sur les eaux de Bourbonne, depuis bientôt trois siècles, indiquent vaguement comme produits des fouilles successives, des pierres de taille quelquefois or nées, des briques et des tuiles romaines, des restes de pavés en mosaïque, des traces de chaussées, des médailles, des inscriptions, des bas-reliefs, des statues dont quelques-unes en marbre blanc, et,c. Quant aux constructions qui peuvent avoir fait partie des bains antiques, e ce qu'il y a de certain, dit M. Ath. Renard, c'est qu'à l'occasion des fouilles exécutées de 1732 à 1785, au voisinage de ces sources, on a trouvé certains vestiges de travaux, dont les plus anciens étaient situés à. plus de quinze mètres au-dessous du sol actuel. Une si grande profondeur, qui ne peut être le résultat des atterrissements produits par une longue suite de siècles, autorise à penser que les eaux de Bourbonne étaient connues et ernployées, même longtemps avant l'invasion des Romains. C'est a ces derniers que l'on at,tribue la construction postérieure d'un aqueduc et de certains ouvrages en pierre et en briques, découverts à l'occasion des mêmes fouilles, et plus élevés de neuf mètres environ. Du reste, le nom du Bain Patrice, sous lequel on distingue encore aujourd'hui la source de l'hôpital militaire, et les débris d'un ancien pave de marbre, que l'on a trouvés à deux mètres de profondeur, assis sur une couche épaisse de ciment, permettent de supposer que les Romains possédaient autrefois dans cet emplacement des bains dignes de leur magnificence. " Pour cornpléter cette courte notice sur les antiquités de Bourbonne, signalons en dernier lieu deux autres petils monuments recueillis par le mêrne savant. L'un, peu important, mais bien conserve, est un petit bouc en bronze, comme on en connaît beaucoup : l'autre est un débris mutilé d'un monument orné de sculptures, qui fut le tombeau d'un acteur nommé Maronus et surnommé Rocabaius, peut-être de l'un de ses rôles. C'est ce que nous apprend l'épitaphe inscrite dans le tympan d'un fronton de mauvais style. M. Berger de Xivrey la lit ainsi en suppléant quelques lettres : MARONV | S HISTRIO RACABA IVS DIC | I VIXI | T ANN XXX M. de Monbret, membre de l'Institut, a lu : Maronus, histrio, Racabajus dictus, vixit ann. xxx. Ce comédien était-il venu en ce lieu pour y rétablir sa santé, ou bien pour y donner des représentations théâtrales ? Ces deux hypothèses sont également vraisemblables. On sait, d'ailleurs, que les malades et les oisifs, réunis pendant la saison des eaux, ont toujours été fort avides de spectacles et de plaisirs.

 

SECONDE EPOQUE

MOYEN - AGE

 

cliquez pour agrandir